Leurre souple, dur ou hybride ?

Le leurre est un appât artificiel imitant une proie recherchée par les espèces prédatrices. Depuis plusieurs années, la créativité des marques nous apporte des modèles toujours novateurs, plus colorés ou avec des détails très poussés … ce qui complique aussi le choix au bord de l’eau.

Ils se déclinent en 3 grandes familles :

Les leurres métalliques

Cuillère

Le plus connus est sans aucun doute la cuillère : soit tournante (qui tourne sur un axe en émettant des reflets imitant un poisson en détresse) soit ondulante (qui utilise la poussée de l’eau pour partir de droite à gauche et provoquer des flashs lumineux).  Ce leurre, qui a été (sur)utilisé pendant plusieurs dizaines d’années est aujourd’hui considéré comme ‘old school’. Il est en effet dépassé sur le plan technologique par les progrès réalisés en matière de recherche et développement. Cela ne nuit nullement à son efficacité toujours redoutable, certains la considérant toujours comme l’arme anti-capot.

D’autres leurres métalliques ont fait leur apparition : le spinnerbait et le chatterbait.

Spinnerbait

Le spinnerbait est une variante des cuillères tournantes équipée d’un hameçon simple. Il est souvent utilisé en « Power Fishing » afin de localiser les poissons prédateurs.  Ce leurre est tout terrain car il permet de passer dans des branches et au-dessus des herbiers. Pour l’animer, rien de plus simple puisqu’il se ramène de façon linéaire en lancer-ramener, comme une cuillère.

 

Chatterbait

Le chatterbait émet des signaux vibratoires. Tout comme le spinnerbait, il est utilisé lors de pêche en linéaire, accompagnée d’une récupération assez rapide afin de trouver les zones où sont positionnés les carnassiers.

Dans cette famille, on retrouve aussi le « pilker », souvent sous-estimé et peu utilisé, il représente néanmoins un leurre de qualité pour la pêche de la perche et du sandre en verticale. Il est aussi communément appelé Jig. Ce sont des leurres métalliques lourds qui n’ondulent pas. De par leur poids élevé, ils sont utilisés pour pêcher près du fond ou dans les courants. Ils sont très efficaces en leur appliquant des tirées franches ponctuées de courtes pauses. Ils ont aussi l’avantage de permettre de lancer loin même avec du vent de face.

Les leurres souples

Il s’agit de leurres en matière plastique., ce qui leur apporte cette souplesse très imitative. Le leurre souple est une solution passe-partout car il offre la possibilité de pêcher dans n’importe quelle profondeur en adaptant une plombée  en adéquation avec la profondeur à laquelle l’on veut pêcher.

Le Shad

Bakuree Shad de chez Madness

Le plus répandu est le Shad : une imitation d’un poisson terminée par une queue aplatie qui, lors de la récupération linéaire du leurre, provoque de fortes vibrations.

One Up slug de chez Sawamura

 

Le Slug

Il s’agit d’une variante du shad. Il dispose d’une caudale comme celle des poissons ou coupée nette. Les vibrations produites par les slugs sont plus légères et donc bien adaptée quand il s’agit de pêcher des poissons méfiants. On parle dans ce cas de leurre « finesse ».

Le Grub

Sandra de chez Delalande

Les Grubs (virgule), n’ont pas de caudale ni une queue finess mais bien une queue en forme de virgule. Il s’agit certainement du leurre souple idéal lorsqu’on débute. Il s’anime tout seul et déclenche les touches. Le plus connu de tous est certainement le Sandra de chez Delalande.

 

 

Les créatures

De type écrevisse, scarabée ou encore vers de terre (worms), ils connaissent depuis quelque temps un succès croissant. Ils permettent de cibler des espèces comme le black bass ou encore le chevesne, mais sont aussi très efficaces sur la perche et le sandre.

Forme de la caudale

Le choix de la caudale influe très fortement sur la nage du leurre. En fonction de sa forme (ronde, carrée, effilée, etc), les vibrations provoquées par le leurre seront différentes et influeront sur le résultat de pêche. On considère que plus les poissons sont actifs, plus il faut privilégier une vibration forte.

La qualité de la matière plastique est également cruciale car leurre très souple aura une nage plus naturelle mais sera aussi plus fragile.

Quelques modèles

Easy Shiner (Keitech), Swing impact (Keitech), Rockvibe (Reins), Ripple Shad (Berkley), Turbo Shad (Bass Assassin), Swim Fish (Lunker City), Black Minnow (Fiiish), One up Shad (Sawamura), Grubby Shad (Gunki), Hazdong shad (Megabass), Pulse Shad (Berkley), Shad GT (Delalande).

Les leurres dures

Les leurres dures sont actuellement le plus souvent fabriqué en résine.

Les cranckbaits

Sakura SCB 100 F

Petit leurre dure trapus provoquant de très forte à fortes vibrations, il est muni d’une bavette plus ou moins inclinée qui lui confère des profondeurs de nage variées. Il est généralement conseillé pour les pêches entre 0.5 m et 4 mètres de profondeur. Il est utile pour les pêches rapides et peut déclencher des attaques reflexes de carnassiers irrités par son dandinement.

 

Les topwaters (leurre de surface)

Tout d’abord le popper, un leurre cylindrique à la tête aplatie et creusée. Lors de son entrée dans l’eau (par de grande tirée), il émet un bruit significatif « pop » qui attire les poissons carnassiers. De plus, il crée une activité en surface qui a pour but d’exciter les carnassiers. La pêche de la perche au popper est une technique pleine d’adrénaline où l’on observe la perche en chasse derrière le leurre, venir le saisir et repartir sous l’eau.

Sakura Mister Joe

Ensuite, le stickbait. De la forme d’un stylo, il a pour particularité d’être beaucoup plus discret que les autres leurres. Son action imite un poisson en détresse en surface, allant de droite vers la gauche avec plus ou moins d’amplitude. Ce sont des leurres qu’il est conseillé d’utiliser lorsque l’eau est calme. Cela garanti une approche plus silencieuse et donc moins de chance d’effrayer le poisson que l’on recherche.

Le jerkbait

Il peut être équipé d’une bavette ou non. Il est souvent composé d’un seul morceau mais de plus en plus de marques produisent des jerkbaits articulés en plusieurs segments. Comme pour le cranckbait, la bavette en plus de générer des vibrations plus ou moins importantes, influence la profondeur de nage du leurre.

Le swimbait

Le swimbait est un « leurre qui nage » et surtout c’est celui qui se rapproche le plus d’un vrai poisson. Il est souvent composé de plusieurs segments et est principalement lourd et volumineux, ce qui lui fait déplacer beaucoup d’eau et attire les carnassiers d’assez loin. Dans l’eau, il propose une nage en S très attractive, en particulier pour les brochets. Iil est principalement utilisé en lancer ramener à vitesse lente, moyenne ou rapide.

Spro bbz

Les hybrides

De plus en plus de marques imaginent et réalisent des leurres dit hybrides.

Il s’agit en fait d’un leurre à moitié dure (en résine) et à moitié souple. En général, le corps est en résine et la queue battante en plastique. Cela a pour avantage majeure, une dégradation nettement moins rapide des leurres au contact des dents acérées des carnassiers.

Rapala X-Rap Peto

Comportement dans l’eau

Le leurre dur peut être :

  • Flottant (floating), c.-à-d. lorsque l’on arrête la récupération il remonte en surface
  • Suspending, ce qui signifie qu’il reste en suspension dans la couche d’eau ou il se trouve
  • ou encore coulant (sinking), ce qui signifie que lors de pause, il coule lentement.

En fonction de son animation, il peut adopter plusieurs types de nages différentes.  « Le walking the dog » ou la nage en S est une des plus connues.

La taille des leurres

Elle est souvent calculée en pouces qui est une mesure anglo-saxone.

Nous choisirons la taille du leurre en fonction de l’espèce recherchée, de la saison et du matériel à notre disposition. Par exemple, la perche se pêche essentiellement en 2 ou 3 pouces. Le sandre en 3 et 4 pouces. Le brochet en 4 à 6 pouces. Mais une nouvelle fois, il n’y a pas de vérité scientifique et il est possible de prendre une belle perche sur un leurre de 6 pouces ou un brochet sur un leurre de 2 pouces.

Il est aussi recommandé de choisir la taille de leurre en fonction de la proie préférée du prédateur au moment de pêche. Au printemps ou à l’été par exemple, les carnassiers se nourrissent beaucoup d’alevins, il est donc préférable de ne pas choisir de leurre trop imposant. A l’hiver par contre, les prédateur préfère une plus grosse proie pour diminuer la dépenses d’énergie.

Pouces

Centimètres

2

5

3

8

4

10

5

13

6

15

 

Les couleurs

Le choix de la couleur est un facteur important. Cela ne veut pour autant pas dire qu’il faut céder aux sirènes des marchés et acheter un modèle de leurre dans chaque couleur commercialisée mais il faut néanmoins avoir une palette minimum.

Coloris « naturels » : cette catégorie regroupe tous les coloris qui ont une forte ressemblance avec la couleur réelle des poissons. Parmi ceux-ci on retrouve les bien connus « Ayu », « Smolt », « Perche », « Silver bleak », etc. Il faut savoir que chaque marque se plait à dénommer ses couleurs selon son propre vocabulaire mais que les marqueurs de couleurs reviennent dans toutes les marques peu importe le nom qui est donnée.

Coloris « Flash » : les coloris flash ont tendance à être plus visible dans les eaux chargées ou les poissons ont plus de mal à repérer leurs proies. Un coloris flash de type Fire Tiger, orange, jaune ou encore blanc tranche nettement plus dans une eau trouble et est plus facilement repérable par les poissons en chasses. D’un autre côté, les poissons méfiants, qui connaissent une pression de pêche intense, ont tendance à se méfier des coloris trop flashy !

Coloris « Pailletés » : ce sont des coloris naturels ou flashy, dans lesquels sont disposés des paillettes qui génère des reflets lumineux lorsque ceux-ci sont soumis à une forte luminosité. Leur usage est donc à privilégier lorsque la luminosité est présente. A contrario, les utiliser par temps nuageux ne sera pas contreproductif mais le leurre perd un de ses atouts !

Comment choisir un coloris ?

La couleur de l’eau : la visibilité de votre leurre dans l’eau est importante. Plus l’eau est chargée et teintée, plus la couleur de votre leurre doit être forte pour se démarquer.

La luminosité : plus la luminosité est forte, plus le leurre crée des reflets. Il est donc intéressant de privilégier un coloris naturel pailleté pour créer des flashs lumineux et attirer les carnassiers.

Si les poissons sont méfiants ou que la pression de pêche est importante, mieux vaut privilégier une couleur naturelle.

Synthèse (surtout pour le sandre) :

Dans un prochain article, nous vous expliquerons comment animer les leurres souples et durs, deux techniques assez différentes.

A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *